Laboratoire transitoire et Ville d'avenir: Dévoilement du premier bâtiment vacant ciblé

Le site du premier projet pilote de Laboratoire transitoire: le 204-206 rue Young, dans le Sud-Ouest

Le site du premier projet pilote de Laboratoire transitoire: le 204-206 rue Young, dans le Sud-Ouest

La MIS Maison de l’innovation sociale, Entremise, et Des villes pour tous sont heureux d’annoncer la première phase du projet Laboratoire transitoire en partenariat avec la Ville de Montréal: le Projet Young.

YOUNG2.png

L’initiative débutera au début 2018 dans un bâtiment municipal situé au 204-206 rue Young, dans le Sud-Ouest, et un appel à candidatures pour les porteurs de projet intéressés à participer sera lancé sous peu. La durée prévue de l’occupation est de deux ans, jusqu’au 31 décembre 2019.

À travers une série de projets pilotes d’usages temporaires dans les bâtiments vacants de Montréal, Laboratoire transitoire permettra d’explorer de nouvelles approches d’occupation temporaire à travers la ville, tout en facilitant la création de nouveaux espaces collaboratifs.

Laboratoire Transitoire incarne également la stratégie préconisée par la MIS pour le déploiement de son programme Ville d’Avenir. L'immeuble municipal de la rue Young sera entre autres mis à la disposition des communautés Montréalaises pour la création, la conception et la réalisation de projets d’innovation sociale urbaine.

Plus de détails sur le programme Ville d'Avenir seront dévoilés prochainement.

Restez à l'affut!

Concours Mouvement: Entremise sélectionné parmi 10 projets d'innovation sociale

entremise-818x445.jpg

Entremise a été sélectionné parmi dix projets d’innovation sociale dans le cadre de la troisième cohorte du concours Mouvement de Novae!

Vous êtes dès à présent invités à voter pour vos «coups de cœur», et ce jusqu’au 13 février. À cette date, les 10 porteurs de projets présenteront leur «pitch» final, lors d’un événement public où chacun tentera de remporter la bourse Loto-Québec de 10 000$ afin de poursuivre le développement de son projet. Le projet qui, lors du pitch final le 13 février 2018, aura accumulé le plus grand nombre de votes se verra attribuer une voix supplémentaire lors des délibérations du jury.

Votez pour nous ici! :-)

Voici les représentant.e.s des 10 projets finalistes retenus par le jury du concours Mouvement 2018

Voici les représentant.e.s des 10 projets finalistes retenus par le jury du concours Mouvement 2018

L'avis sur les espaces vacants: now in English!

L'avis sur les espaces vacants réalisé par Entremise pour le Conseil jeunesse de Montréal, est maintenant disponible en anglais! 

This Opinion Paper was developed in a context in which there is renewed interest in vacant lots and buildings. For the last several years, resident groups, associations and not-for-profit organizations have been created with the purpose of revitalizing and beautifying them, and occupying them during a temporary period. By showing an interest in these spaces, young Montrealers are reaffirming their sense of belonging to their city. By committing themselves to these spaces, youth are making a commitment to their city, participating with all their creativity. 

Visit our Issuu account to access the full document.

#protectionparoccupation

Quand on recherche les mots clés "vacant" + "building" sur Twitter, l'un des mots qui revient le plus souvent est "fire". #protectionparoccupation

L'urbanisme transitoire: désormais une priorité pour Montréal

L'urbanisme transitoire a fait beaucoup de chemin depuis le Symposium Montréal transitoire il y a près d'un an. En janvier dernier, la Division du patrimoine et Entremise invitaient 205 personnes pour une réflexion collective de deux jours sur les usages temporaires dans les bâtiments vacants à l'Écomusée du Fier Monde. Cette stratégie transversale y a réuni sept services de la Ville de Montréal et neuf arrondissements. Depuis, les usages transitoires ont été reconnus comme stratégie prioritaire dans le Plan d’action en patrimoine, dans la Stratégie du Centre-ville, par le Conseil jeunesse de Montréal et dans les orientations de nombreux projets immobiliers sur lesquels Entremise travaille actuellement. Cette nouvelle façon de produire l'espace urbain est désormais également une priorité du programme politique de la nouvelle administration au pouvoir!

La Ville de Montréal et le gouvernement du Québec possèdent des milliers de pieds carrés d’espaces vacants. Même si ces locaux sont inutilisés, les contribuables paient des millions de dollars par année pour y assurer l’entretien et la sécurité sans jamais profiter de quelque retombée positive que ce soit. Il est temps de changer les choses et d’offrir ces locaux aux entreprises émergentes qui en ont besoin et qui en feront profiter Montréal. (...) Alors que plusieurs entrepreneurs sont à la recherche de locaux pour faire évoluer leur entreprise, nous allons leur proposer d’occuper des bâtiments publics vacants de façon temporaire. (...) Tout le monde en sortira gagnant. »
— Valérie Plante, cheffe de Projet Montréal et mairesse de Montréal
Photo de Valérie Plante prise lors de sa victoire par Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Photo de Valérie Plante prise lors de sa victoire par Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Entremise se réjouit de voir que plusieurs des stratégies retenues par la nouvelle administration rejoignent les seize recommendations émises dans l'Avis sur les espaces vacants, réalisé par Entremise pour le Conseil jeunesse de Montréal et remis au Conseil municipal en aout dernier. Les stratégies pour lutter contre l'inoccupation se retrouvent dans plusieurs sections du Programme de Projet Montréal, que ce soit pour valoriser le territoire et le cadre bâti comme composantes essentielles de la culture ou pour protéger le patrimoine montréalais. Parmi les mesures reliées à l'inoccupation ou aux usages temporaires et transitoires de façon explicite, mentionnons les sept suivantes:

  1. Créer un répertoire électronique des immeubles patrimoniaux vacants ou vulnérables, mis à jour sur une base trimestrielle, grâce à une étroite collaboration entre le Bureau du patrimoine et le Bureau de la ville intelligente et numérique;
     
  2. Créer une « division de l’occupation transitoire » pour prendre en charge les terrains et les bâtiments inoccupés et réduire le taux de vacance des locaux disponibles. Cette division sera chargée de travailler avec des organismes en gestion immobilière afin de structurer l’offre et la demande à travers un encadrement balisé et normé;
     
  3. Permettre l’occupation temporaire ou partielle des immeubles patrimoniaux vacants pour en assurer une meilleure protection et un meilleur entretien;
     
  4. Imposer des amendes beaucoup plus sévères aux propriétaires qui entretiennent mal les bâtiments d’intérêt patrimonial dont ils ont la charge ou qui les laissent se dégrader, en s’inspirant de ce qui se fait dans d’autres grandes villes;
     
  5. Créer une taxe sur l’inoccupation des immeubles et s’assurer qu’elle soit plus élevée pour ceux qui sont d’intérêt patrimonial;
     
  6. Encourager le recyclage et la rénovation des bâtiments patrimoniaux afin qu’ils puissent être rapidement offerts à la collectivité à travers la création d’espaces communautaires et de logements sociaux;
     
  7. Exproprier, après un certain temps d’inoccupation, les propriétaires qui entretiennent mal les bâtiments dont ils ont la charge ou qui les laissent se dégrader.

L'urbanisme transitoire étant une stratégie transversale, elle constitue également une plateforme pour faciliter l'atteinte d'une foule d'autres objectifs connexes, que ce soit la création d'ateliers pour artistes, la lutte à l'itinérance ou le support à l'entrepreneuriat. D'ailleurs, Projet Montréal s'est également engagé pendant la campagne électorale municipale à créer 10 incubateurs d'entreprises dans des bâtiments publics vacants. À ce sujet, le journaliste René Saint-Louis de Radio-Canada affirmait cette semaine que "Contrairement à d'autres promesses, comme la ligne rose ou encore la construction de 12 000 logements sociaux, cet engagement devrait pouvoir se concrétiser facilement, à condition de l'adapter un peu." Entremise s'est entretenu avec lui à ce sujet.

Montréal n'est pas la seule ville où la lutte contre l'inoccupation des bâtiments était un enjeu électoral. À New York, Bill de Blasio a été réélu pour un second mandat la semaine dernière en promettant, entre autres, de soutenir l'initiative #HousingNotWarehousing, qui s'oppose à la pratique qui consiste à s'asseoir sur une grande quantité de bâtiments vacants en les maintenant hors marché en attente du meilleur enchérisseur, ce qui contribue à la spéculation immobilière. Plus d'information à propos de cette initiative sur le site de Picture the Homeless.  

Lancement de l'Avis sur l'utilisation des espaces vacants à Montréal

Mardi le 29 aout avait lieu le lancement de l'Avis sur l'utilisation des espaces vacants réalisé par Entremise pour le Conseil jeunesse de Montréal. Cet avis dresse le portrait du cadre théorique et réglementaire relatifs aux bâtiments ainsi qu’aux terrains vacants à Montréal et fait ressortir les différents enjeux relatifs à l’utilisation des bâtiments et terrains vacants en présentant des exemples de projets inspirants d’ici et d’ailleurs, et ce, dans une perspective jeunesse. Le document comprend également seize recommendations pour la Ville de Montréal auxquelles le comité exécutif devra répondre.

Le lancement s'est fait en présence de Monsieur Harout Chitilan, vice-président du comité exécutif et responsable de la réforme administrative, de la jeunesse, de la Ville intelligente, ainsi que des technologies de l’information et de Madame Manon Gauthier, responsable de la culture, du patrimoine, du design, d’Espace pour la vie,  ainsi que du statut de la femme.

Pour consulter l'avis dans sa version synthèse, cliquez ici.
Pour consulter la version complète, cliquez ici.

AvisEspacesVacants

    Le projet Laboratoire transitoire inscrit au Plan d'action en patrimoine

    LaboratoireTransitoireEntremise

    La Ville de Montréal a adopté hier son Plan d’action en patrimoine 2017-2022, titré S’ancrer dans l’identité urbaine montréalaise. La Ville reconnait dans ce plan d'action ambitieux que l’occupation est encore la meilleure stratégie de conservation des lieux, ce qui constitue un grand pas pour l'urbanisme temporaire et transitoire à Montréal.

    Souhaitant faire une place aux pratiques émergentes des usages temporaires et transitoires, le Plan d’action en reconnaît la pertinence, tant pour les immeubles municipaux que pour les lieux publics et privés. Le Laboratoire transitoire y est cité comme la première initiative en la matière, fruit de la convergence des actions de quatre partenaires principaux : Entremise, la Maison de l'innovation sociale (MIS), Des villes pour tous (Cities for People) et la Ville de Montréal. Il permettra d’explorer les nombreux avantages que peut offrir l'urbanisme transitoire. On y précise également que Laboratoire transitoire prendra la forme de projets pilotes et démarrera dans un bâtiment municipal. 

    « Que ce soit pour les bâtiments municipaux, les lieux de culte, les espaces publics ou les bâtiments privés vacants ou vulnérables, le déploiement de ce Plan aura un impact tant en matière de développement culturel et social qu'au plan économique. Il était nécessaire de développer une vision collective de tout ce qui a trait à notre patrimoine, une responsabilité qui nous incombe à toutes et tous », a déclaré le maire de Montréal, M. Denis Coderre

    MontrealPatrimoine

    La Ville de Montréal s'engage aussi à mettre en place un chantier portant sur les usages transitoires afin de prendre connaissance de l’expérience ailleurs dans le monde en matière d’usages transitoires, étudier les possibilités de transposition au contexte montréalais et instaurer des mesures facilitatrices pour encourager ce type d’usages dans les bâtiments vacants. Ce chantier permettra de partager, dans le cadre de l’Observatoire en patrimoine et sujet à certaines conditions assurant la confidentialité inscrites dans des ententes de partenariat, des données concernant les bâtiments vacants montréalais en vue de leur utilisation temporaire ou transitoire, et, finalement, de favoriser l’occupation temporaire des bâtiments vacants comme stratégie d’entretien, de conservation et de requalification.

    Parmi les mesures de suivi et les indicateurs de résultat préconisés, mentionnons les quatre suivants: 

    1. Mesures réglementaires ou fiscales mises en place pour enrayer l’inoccupation et favoriser la mise en valeur
    2. Nombre de bâtiments vacants faisant l’objet d’actions prioritaires
    3. Nombre de constats émis pour le manque d’entretien et nombre de dossiers résolus 
    4. Nombre d’expériences d’usages transitoires en gestion durable et, le cas échéant, nombre de projets permanents induits par ces nouvelles pratiques

    Pour lire le rapport dans son entièreté, cliquez ici.

    Les Entretiens d’avril 2016, auxquels Entremise a participé, ont constitué le point de départ de ce Plan d’action.

    Les Entretiens d’avril 2016, auxquels Entremise a participé, ont constitué le point de départ de ce Plan d’action.

    Photos du lancement du Plan d'action en patrimoine:

    Ontario - 18 mois pour créer un carrefour communautaire dans un bâtiment excédentaire

    afwcommunityhub02.jpg.size.custom.crop.1086x724.jpg

    Lors du Sommet sur les carrefours communautaires auquel Entremise a participé en mai 2017 à Toronto avec Cities for People, la première ministre de l'Ontario Kathleen Wynne a annoncé que le gouvernement provincial allait lancer un programme transitoire pour que certains immeubles publics excédentaires restent dans le domaine public un maximum de 18 mois pour que les organismes communautaires qui aimeraient transformer ces biens immeubles en carrefours communautaires aient plus de temps pour concevoir leurs plans. 

    C’est maintenant chose faite: les promoteurs communautaires pourront présenter leurs propositions en vue de créer des carrefours communautaires dans des biens immeubles excédentaires qui appartiennent au gouvernement provincial, à des conseils scolaires ou à des hôpitaux. Les biens immeubles qui auront été sélectionnés resteront dans le domaine public pendant que les promoteurs communautaires concevront leurs plans d’affaires, noueront des partenariats et trouveront des façons de financer leurs acquisitions.

    Qu’est-ce qu’un carrefour communautaire? Un carrefour communautaire permet aux résidents d’accéder aux services sociaux, culturels, récréatifs et de santé dont ils ont besoin en un seul endroit. Il peut exister physiquement, dans un bâtiment, ou être accessible virtuellement. Il s’agit d’un point d’accès central qui : offre des services en collaboration avec différents organismes communautaires et fournisseurs de services; réduit les doubles emplois administratifs; et améliore les services offerts aux résidents et s’adapte à leurs besoins.

    Pour plus d’information sur les carrefours communautaires, consultez le Réseau de ressources pour les carrefours communautaires, une ressource en ligne qui fournit des renseignements, des outils et des données pour aider à créer et à maintenir des carrefours communautaires, et à en assurer le fonctionnement en Ontario.

    Et si le Gouvernement du Québec favorisait lui aussi la création de carrefours communautaires de manière à ce que les immeubles publics excédentaires, qui ne sont plus requis pour la raison pour laquelle ils avaient été créés, soient utilisés du mieux possible?

    Plan d'action du centre-ville: Diminuer le taux d’inoccupation des bâtiments patrimoniaux d’ici cinq ans

    L'administration municipale a rendu public hier un Plan d'action faisant état des principales interventions qui seront déployées d'ici 2030 pour mettre en oeuvre la Stratégie centre-ville. À cette fin, il propose des actions qui recouvrent plusieurs champs de compétence de la Ville (habitation, développement social et communautaire, développement économique, mobilité, sécurité, aménagement du domaine public, équipements collectifs et culturels) et surtout, il fait appel à la mobilisation de partenaires dont la contribution est essentielle. 

    Dans ses actions complémentaires, la Ville de Montréal a décidé d’appuyer la reconversion d’ensembles institutionnels majeurs. en encourageant l’occupation transitoire des ensembles institutionnels inoccupés. Le principal indicateur de succès retenu pour mesurer l’atteindre de cette cible est le nombre d’expériences d’usage transitoire dans des sites institutionnels au centre-ville. Cette action fait écho au Plan d’action en patrimoine et à son désir d'établir des mesures facilitatrices pour encourager les usages transitoires ou temporaires dans les bâtiments vacants de toutes sortes sur l’ensemble du territoire montréalais.

    Les usages transitoires sont aussi retenus dans le but de préserver l’authenticité et d'améliorer la qualité du cadre bâti du centre-ville. Afin de contrer la détérioration du cadre bâti et de l’habitat, les bâtiments inoccupés et les tours d’habitation construites entre 1950 et 1970, dont plusieurs affichent des signes de détérioration, seront une priorité pour la Ville. Des mesures pour contrer l’inoccupation des bâtiments et pour encourager les usages transitoires seront développées de manière à diminuer le taux d’inoccupation des bâtiments patrimoniaux du centre-ville d’ici cinq ans.

    Pour consulter le Plan d'action du centre-ville dans son ensemble, cliquez ici.

    Invitation: Avis sur l'utilisation des espaces vacants

    Capture d’écran 2017-08-04 à 10.33.19.png

    Le lancement de l'Avis sur l'utilisation des espaces vacants que nous avons réalisé pour le Conseil Jeunesse de Montréal (CJM) aura lieu le 29 aout prochain à 17h à l'Espace Faubourg Québec en présence de plusieurs membres du comité exécutif de la Ville de Montréal dont M. Harout Chitilian, Mme Manon Gauthier, et M. Russell Copeman.

    Plus de détails sur ce lancement via la page de l'événement créée par le CJM sur Eventbrite.

    Le rapport du Symposium Montréal transitoire est en ligne!

    Montréal transitoire en chiffres

    Montréal transitoire en chiffres

    Le rapport du Symposium Montréal transitoire est maintenant en ligne sur notre compte issuu! En janvier dernier, plus de 205 personnes se sont réunies à l'Écomusée du fier monde pour une réflexion collective de 2 jours sur les usages temporaires dans les bâtiments vacants. Cette stratégie transversale à réuni 7 services de la Ville de Montréal et 9 arrondissements. Retrouvez dans ce rapport les contributions de nos conférenciers et panélistes: NO LONGER EMPTYy (New York), Plateau Urbain, (Paris) la SNCF Immobilier (France), La Pépinière I Espaces collectifsHéritage MontréalCulture MontréalExeko, l'Association des consultants en réglementation, la SDC de la Rue Saint-Denis - MontréalGestion Immobilière Quo Vadis, et une Commissaire indépendante à la Commission scolaire de Montréal - CSDM, sans oublier une synthèse de toutes les discussions collectives de la deuxième journée organisées par type de bâtiment vacant et par enjeu. Bonne lecture!

    Jonathan Lapalme et Mallory Wilson d'Entremise lors de leur présentation au Symposium Montréal transitoire

    Laboratoire transitoire: un aperçu

    Nous travaillons depuis quelques mois sur la mise en oeuvre d'une série de trois projets pilotes dans des bâtiments vacants de Montréal: Laboratoire transitoire. Où sera situé le premier projet? Indice: dans un bâtiment municipal! Laboratoire transitoire est le résultat d'un partenariat entre la Ville de MontréalCities for PeopleThe J.W. McConnell Family Foundation, la MIS Maison de l'innovation sociale et Entremise. Plus de détails à venir.

    vignette_entremise7.png

    Stratégies temporaires et transitoires pour les bâtiments vacants du centre-ville de Montréal

    L’Office de consultation publique de Montréal dévoilait dernièrement les orientations de la stratégie centre-ville pour les 15 prochaines années, suite à une démarche de consultation qui a débuté à l’été 2016. Permettre l’utilisation temporaire des espaces inutilisés a été une proposition récurrente à travers les témoignages recueillis et se retrouve donc au cœur de ce rapport visant à orienter la croissance urbaine vers le cœur de la région métropolitaine en faisant du centre-ville un lieu où il fait bon vivre, travailler, étudier et se divertir.

    Pour son troisième chantier, celui sur la reconversion des ensembles institutionnels et des immeubles publics, ce document prône un modèle de régénération urbaine visant à engager un processus conjoint avec les gouvernements provincial et fédéral et à définir un cadre innovant pour la reconversion des édifices institutionnels et autres sites vacants ou sous-utilisés leur appartenant. On y prône la réalisation de projets mixtes sur ces sites, comprenant plusieurs volets tels que : espaces de travail collaboratifs, logements pour familles, logements sociaux et communautaires, équipements collectifs, espaces verts publics.

    On y encourage l’adoption d’une position claire sur les intentions de la Ville de Montréal concernant l’avenir de ses propriétés inoccupées ou sous-utilisées au centre-ville.  La commission recommande d’inclure au plan d’action des gestes de zonage pour promouvoir la mixité d’usages (logements, commerces, light manufacturing, etc.) et la mixité des clientèles (étudiants, familles, personnes seules, etc.) des sites vacants ou sous-utilisés. La commission suggère aussi de faire preuve d’audace et d’être exemplaire en transformant rapidement les propriétés de la Ville, inoccupées ou sous-utilisées, notamment en encourageant les usages temporaires et transitoires.

    Pour l’ensemble des immeubles patrimoniaux du centre-ville, la commission recommande à la Ville de : compléter et rendre public le registre des édifices patrimoniaux de Montréal; identifier les freins à la protection et à la mise en valeur de ces édifices; et adopter des mesures coercitives telles que taxer l’inoccupation des immeubles, voire même exproprier les propriétaires fautifs.

    L’urgence d’agir pour redynamiser le commerce de détail dans tout le centre-ville émerge aussi comme enjeu important de la présente consultation. Les citoyens ont exprimé leurs attentes et souhaitent des gestes concrets pour transformer et bonifier le commerce de détail au centre-ville. Pour répondre à ces préoccupations, la commission recommande entre autres de permettre l’occupation transitoire ou temporaire de lieux publics ou privés en modifiant, lorsque c’est pertinent, le zonage, les permis et la règlementation et de moduler les outils de zonage et fiscaux pour soutenir une offre variée.

    Pour plus de détails, consulter le rapport en ligne sur le site de l'OCPM.

    Plan d’action en patrimoine et usages transitoires - Consultations

    Le document et les modalités de la consultation par la Commission du conseil municipal sont désormais en ligne sur le site web de la Ville de Montréal. Les usages temporaires et transitoires y sont mentionnés à trois reprises!

    D'abord, on prévoit l'autorisation et l'encadrement de l’occupation temporaire des bâtiments municipaux en particulier afin d’assurer leur entretien. Parmi les moyens de mise en oeuvre, notons certaines actions déjà couvertes en partie par l'événement Montréal transitoire, c'est-à-dire: prendre connaissance de l’expérience étrangère en matière d’usages transitoires, étudier les possibilités de transposition au contexte montréalais et instaurer des mesures facilitatrices pour encourager ce type d’usages dans les bâtiments vacants.

    Pour ce qui est des mesures de suivi et indicateurs de résultats, on y suggère le nombre d’expériences d’usages transitoires en gestion durable et, le cas échéant, le nombre de projets permanents induits par ces nouvelles pratiques.

    Pour plus d'information, cliquez ici.

    Photos - Montréal transitoire

    La Ville de Montréal et Entremise vous invitaient les 26 et 27 janvier 2017 à venir imaginer avec des experts locaux et internationaux les différentes stratégies à privilégier pour prévoir et encourager le déploiement d’usages transitoires dans les bâtiments vacants de la métropole. Voici quelques photos de l'événement. Les vidéos et le rapport suivront dans quelques semaines!

    Présenté par: Ville de Montréal
    Organisé par: Entremise
    En collaboration avec: Consulat général de France à Québec + Institute for Urban Futures - Concordia University

    Montréal transitoire - Réflexion collective sur les usages temporaires dans les bâtiments vacants

    montreal transitoire-eventrbrite.png

    Dans le cadre d’un atelier de travail sur le déploiement des usages temporaires dans les bâtiments vacants de Montréal, Entremise organise pour la Ville de Montréal une série de conférences locales et internationales sur le sujet le 26 janvier prochain à l'Écomusee du fier monde.

    Des représentants de trois organisations internationales ont été invitées pour l’occasion: No Longer Empty (New York), Plateau Urbain, (Paris) et la SNCF (France). Ces exemples se démarquent par la qualité, les valeurs et l’envergure des projets d’usages temporaires et transitoires réalisés dans des espaces vacants variés, allant de la vitrine commerciale aux hôpitaux excédentaires, en passant par le patrimoine modeste et industriel. Deux organismes à but non-lucratif montréalais impliqués dans ces nouvelles pratiques urbaines présenteront également leurs travaux en début d’après-midi: La Pépinière I Espaces collectifs et Entremise!

    Pour consulter la programmation détaillée et réserver votre billet (gratuit!), cliquez ici.

    Nouveau mandat avec le Conseil jeunesse de Montréal

    Entremise est fier d'avoir été sélectionné par le Conseil jeunesse de Montréal pour réaliser un avis sur l'utilisation des espaces vacants à Montréal dans le cadre de son plan d’action 2016. Plus précisément, le Conseil jeunesse de Montréal souhaite dresser le portrait du cadre théorique et réglementaire relatifs aux bâtiments ainsi qu’aux terrains vacants à Montréal. Aussi, il souhaite faire ressortir les différents enjeux relatifs à l’utilisation des bâtiments et terrains vacants en présentant des exemples de projets inspirants d’ici et d’ailleurs, et ce, dans une perspective jeunesse. Ce mandat arrive à point pour Entremise, qui est actuellement au stade de pré-démarrage, et aidera toute l'équipe à pousser plus loin sa recherche sur le sujet dans une optique jeunesse.

    Composé de quinze membres, le Conseil jeunesse de Montréal est une instance consultative de la Ville de Montréal. Le CjM représente les intérêts des jeunes âgés de 12 à 30 ans et a pour mandat de: conseiller le maire et le comité exécutif, de façon régulière et continue, sur toutes les questions relatives aux jeunes; d'assurer la prise en compte des préoccupations jeunesse dans les décisions de l’administration municipale; de donner la parole aux jeunes Montréalais et Montréalaises; d'offrir aux jeunes un accès au pouvoir décisionnel; et de participer à l'identification des priorités jeunesse municipales. Pour consulter le plus récent avis du Conseil jeunesse de Montréal, sur la Réalité montréalaise des jeunes Autochtones,

     

    Montréal: Temporary City // Ville temporaire - PHOTOS

    Plus d'une trentaine de personnes provenant de plusieurs horizons ont participé à l'événement Montréal: Ville temporaire, à l'invitation du Institute for Urban Futures de Concordia et d'Entremise le 13 octobre dernier à Temps libre - Mile-End. Merci à tous ceux qui sont venus alimenter notre réflexion sur les différentes tensions qui existent dans le déploiement des usages temporaires et transitoires à Montréal: entre flexibilité et vulnérabilité, entre stratégie marketing et droit à la ville, et entre usage et préservation du patrimoine. 

    Voici un aperçu de l'événement:

    Et un extrait de la présentation: