Capture d’écran 2016-09-10 à 14.12.09.png

Entremise a été très actif sur plusieurs fronts depuis quelques mois afin de faire valoir le potentiel des usages transitoires auprès des autorités municipales et tenter de changer les règles du jeu qui encouragent indirectement la vacance actuellement. Hier, ces efforts ont été récompensés de deux manières: par l'inclusion des usages transitoires dans la synthèse des entretiens en vue de la refonte du plan d'action en patrimoine de la Ville de Montréal, et parmi les recommandations de l'OCPM dans le rapport de sa consultation publique sur la réduction de la dépendance montréalaise aux énergies fossiles. 

Entretient sur les bâtiments patrimoniaux vacants et vulnérables - Mars 2016

Entretient sur les bâtiments patrimoniaux vacants et vulnérables - Mars 2016

En mars dernier, Entremise était invité à participer à un entretien sur les bâtiments patrimoniaux vacants et vulnérables, l'un des six ateliers qui ont regroupé au total plus de 120 experts. Hier soir au Château Ramezay, Entremise s'est réjouit de voir les usages transitoires reconnus parmi l'une des cinq grandes idées transversales: Développer les façons de faire et des outils montréalais. On y propose de prévoir et d'autoriser les usages transitoires, en plus de les encourager par des mesures financières et fiscales.

Photo prise lors de la soirée annonçant les gagnants du concours Morph.o.polis, organisé par l'OCPM

Photo prise lors de la soirée annonçant les gagnants du concours Morph.o.polis, organisé par l'OCPM

L’Office de consultation publique de Montréal (OCPM), quant à elle, rendait public son rapport de la consultation publique sur la réduction de la dépendance montréalaise aux énergies fossiles, pour laquelle Entremise a remporté le premier prix du concours Morph.o.polis, organisé dans le cadre de leur marathon créatif, en plus d'avoir déposé un mémoire. Dans son rapport, la commission recommande à la Ville de Montréal de prioriser le recyclage des bâtiments vides, notamment : en développant des outils fiscaux et règlementaires pour en accélérer la rénovation; et en facilitant les usages transitoires qui permettent de freiner la détérioration des bâtiments vacants.

Encourageant, non? On continue.