L’Office de consultation publique de Montréal dévoilait dernièrement les orientations de la stratégie centre-ville pour les 15 prochaines années, suite à une démarche de consultation qui a débuté à l’été 2016. Permettre l’utilisation temporaire des espaces inutilisés a été une proposition récurrente à travers les témoignages recueillis et se retrouve donc au cœur de ce rapport visant à orienter la croissance urbaine vers le cœur de la région métropolitaine en faisant du centre-ville un lieu où il fait bon vivre, travailler, étudier et se divertir.

Pour son troisième chantier, celui sur la reconversion des ensembles institutionnels et des immeubles publics, ce document prône un modèle de régénération urbaine visant à engager un processus conjoint avec les gouvernements provincial et fédéral et à définir un cadre innovant pour la reconversion des édifices institutionnels et autres sites vacants ou sous-utilisés leur appartenant. On y prône la réalisation de projets mixtes sur ces sites, comprenant plusieurs volets tels que : espaces de travail collaboratifs, logements pour familles, logements sociaux et communautaires, équipements collectifs, espaces verts publics.

On y encourage l’adoption d’une position claire sur les intentions de la Ville de Montréal concernant l’avenir de ses propriétés inoccupées ou sous-utilisées au centre-ville.  La commission recommande d’inclure au plan d’action des gestes de zonage pour promouvoir la mixité d’usages (logements, commerces, light manufacturing, etc.) et la mixité des clientèles (étudiants, familles, personnes seules, etc.) des sites vacants ou sous-utilisés. La commission suggère aussi de faire preuve d’audace et d’être exemplaire en transformant rapidement les propriétés de la Ville, inoccupées ou sous-utilisées, notamment en encourageant les usages temporaires et transitoires.

Pour l’ensemble des immeubles patrimoniaux du centre-ville, la commission recommande à la Ville de : compléter et rendre public le registre des édifices patrimoniaux de Montréal; identifier les freins à la protection et à la mise en valeur de ces édifices; et adopter des mesures coercitives telles que taxer l’inoccupation des immeubles, voire même exproprier les propriétaires fautifs.

L’urgence d’agir pour redynamiser le commerce de détail dans tout le centre-ville émerge aussi comme enjeu important de la présente consultation. Les citoyens ont exprimé leurs attentes et souhaitent des gestes concrets pour transformer et bonifier le commerce de détail au centre-ville. Pour répondre à ces préoccupations, la commission recommande entre autres de permettre l’occupation transitoire ou temporaire de lieux publics ou privés en modifiant, lorsque c’est pertinent, le zonage, les permis et la règlementation et de moduler les outils de zonage et fiscaux pour soutenir une offre variée.

Pour plus de détails, consulter le rapport en ligne sur le site de l'OCPM.