batimentpeter.jpg
Stats.jpg
batimentpeter.jpg

DE VACANT À TRANSITOIRE:UN FORT POTENTIEL POUR MONTRÉAL


Contexte d'implantation

SCROLL DOWN

DE VACANT À TRANSITOIRE:UN FORT POTENTIEL POUR MONTRÉAL


Contexte d'implantation

L'impermanence urbaine

Des couches successives de règlementations en urbanisme, dans le code du bâtiment, en prévention des incendies et en santé publique, ont consolidé progressivement l’idée de la permanence dans la façon de voir et de planifier la ville. Ces outils de agissent aujourd’hui comme gardiens du développement territorial, mais aussi comme frein au changement et à l’expérimentation quant à l’usage de ces espaces par et pour leurs communautés locales. Cet accent sur la permanence, plus adapté dans un contexte de croissance constante, s’est avéré être inadéquate pour faire face à des changements rapides et à des temps économiques incertains.

Certains défis tels que la vacance requièrent des stratégies d’intervention beaucoup plus souples, flexibles et agiles; des alternatives visant non seulement à faciliter de nouveaux développements soi-disant permanents, mais surtout à maximiser l’usage de ce qui existe déjà entretemps. Le design urbain et l’architecture temporaires, autrefois relégués en marge de la culture contemporaine des villes est, de plus en plus, un élément des plus central dans les processus de design actuels, une approche qui nous permet de libérer le potentiel de nos villes maintenant, sans attendre à demain, sans attendre à un meilleur plan qui semble déjà si cruellement se faire attendre.

 

La vacance à Montréal: un portrait incomplet

À Montréal, des données sur le taux de vacance ont été amassées suite à la démolition par négligence de la maison Redpath après 27 ans de vacance, mais celles- ci ne sont pas encore publiques. Pour l'instant, seul l’arrondissement Ville-Marie donne accès à ses données via le portail des données ouvertes de la Ville de Montréal. L’arrondissement du Plateau Mont-Royal, quant à lui, a mis à disposition une liste non-exhaustive. Dans ces deux arrondissements seulement, sur un total de 19, on dénombre plus de 70 bâtiments vacants. Initié par l’un des co-fondateurs d’Entremise, la ressource publique la plus facile à utiliser actuellement est la plateforme H-MTL d'Héritage Montréal. Celle-ci permet aux Montréalais.e.s de créer un radar des lieux vulnérables collectivement et d’agir pour leur préservation. En revanche, les données répertoriées dans tous ces exemples ne prennent pas en compte les bâtiments partiellement vacants, même en majorité. 

Selon le Service incendies de Montréal, le nombre d'immeubles abandonnés à Montréal s'élevait à 500 en 2009.


L'impact économique de la vacance

De l’espace institutionnel excédentaire à la vitrine commerciale sur les grandes artères, en passant par le patrimoine modeste, la vacance n’épargne aucun type de bâtiment. Ces sites vacants ne nuisent pas uniquement au patrimoine; l’abandon produit également plusieurs problèmes socio-économiques. Les bâtiments délaissés nuisent à la vitalité d’un quartier en diminuant son activité, de même que sa valeur économique et commerciale. Une recherche récente sur les logements vacants a démontré qu’ils peuvent déprécier la valeur des propriétés occupées à proximité de 18%. De plus, les coûts d’entretien de base des bâtiments sont souvent très élevés: comment ne pas déplorer que personne n’en profite?

Grâce aux usages transitoires, les propriétaires pourraient bénéficier du maintien de la valeur marchande de leurs actifs et augmenter leurs chances de ramener le bâtiment à une utilisation permanente dont l’intérêt pour le lieu sera suscité par la nature même de son usage temporaire. Certains usages transitoires peuvent même servir de catalyseur pour une utilisation future et durable. Ultimement, les usages transitoires ont le potentiel de générer un tout nouveau secteur, fort diversifiant, au sein de l’économie locale, avec en prime avec des possibilités de création d’emplois. 

 

Le bâtiment le plus vert est celui qui existe déjà

On estime que depuis 1960, environ 55 000 bâtiments ont été démolis à Montréal. Ces démolitions, par vagues massives ou à la pièce, ont eu des effets marquants sur le paysage urbain. Trop souvent, la cause est l’abandon. Selon l’organisation English Heritage, responsable de plus de 400 bâtiments historiques au Royaume-Uni, affirmait dans un rapport en 2011 que la meilleure manière de protéger un bâtiment est de le garder occupé, même si son usage est partiel ou temporaire.

De plus, selon une étude du Green Preservation Lab, le bâtiment le plus vert est celui qui existe déjà. Notons que l’empreinte écologique d’un bâtiment comprend toute l’énergie requise par l’extraction des ressources, le transport des matières premières, la transformation de celles-ci, la production des matériaux de construction et le transport vers les sites de construction, sans compter les débris de construction ou de démolition vers les sites d’enfouissement et de recyclage. En 2013, 35% de tout ce qui a été enfoui au Québec provenait du secteur de la construction et de la démolition. 

 

Le droit à des espaces abordables

30.7 % des ménages locataires du Grand Montréal, soit 213 755, éprouvent des difficultés d’accessibilité financière au logement. Il n’est donc pas surprenant qu’une grande quantité d’artistes, par exemple, connaissent actuellement des difficultés à trouver un atelier, à l’aménager, à s’y maintenir. Le même phénomène s'observe auprès d'organismes communautaires oeuvrant dans différents domaines, de même qu'auprès d'entreprises sociales en démarrage. 

Lorsqu'on pense aux façons d'accéder à des espaces en ville, on a généralement en tête deux modèles seulement: la location ou l'achat. En revanche, il existe une myriade d'autres modèles encore méconnus. En réduisant les coûts directs pour les propriétaires et les coûts indirects pour les communautés, les usages transitoires ont le potentiel d’offrir des espaces plus abordables que ceux disponibles sur le marché. Alors que Montréal se distingue déjà parmi les grandes villes canadiennes pour le faible coût de ses loyers, est-ce que la création d’espaces abordables parallèles au marché actuel grâce à des usages transitoires pourraient consolider cet avantage comparatif? 

 

 

QuELQUES Statistiques:

Stats.jpg